PROJET 2015-2018 : COPERNIC

On 11 octobre 2016 by admin

CYCLE DE CRÉATIONS AUTOUR D’UN SUJET L’ÉGALITÉ FEMMES/HOMMES

label2Le projet Copernic a reçu le label « Sexisme, pas notre genre !  »
Plan d’action et de mobilisation contre le sexisme créé par le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes.
Parrainé par le Docteur Pierre Foldes de L’Institut en santé génésique

Selon des modalités similaires à celles mises en œuvre dans le cycle de créations précédent (La femme qui marchait dans les portes, 2010/2014), il s’agit de renouveler l’expérience d’un travail artistique complet, se déclinant selon plusieurs propositions dont la cohérence et les échos fondent l’intérêt artistique du projet global.

Le cycle de créations : c’est s’emparer d’un sujet et d’en révéler toute la complexité par le prisme de différentes propositions artistiques : film, installations, spectacle.
Quatre ans de recherche, d’expérimentations et de lectures, de rencontres.
De Marivaux à l’écriture de Ludovic Abgrall, COPERNIC déploie 3 projets simultanés, dont les différences d’approche et de moyens constituent la complémentarité nécessaire pour traverser en profondeur notre questionnement central.

Ce projet est résolument contemporain. Il ne s’agit pas d’enfermer ce sujet brûlant et persistant (l’égalité entre femmes et hommes) dans un cadre de concepts arides, mais bien de démonter des mécanismes figés et de questionner ce que nous aurions à perdre et à gagner dans un monde où l’égalité entre sexes ne serait pas un vain groupe nominal.
Alors, pourquoi COPERNIC ?
Parce que nous en sommes arrivés à un point où le vieux monde des inégalités confine à l’absurde. Parce que le nom-même de Copernic appelle une révolution logique et sans appel des regards.

 

__________________________________

 

Photo Marie ClauzadeGladiatrice Variations (les coulisses d’un spectacle)– expo vivante

Une déambulation libre dans les couloirs et les loges du théâtre, c’est une installation éphémère sur les femmes qui débattent, se battent ou se débattent. Gladiatrice Variations est aussi une présentation de notre travail depuis dix ans, une visite de répertoire de la compagnie Chagall sans M, dévoilant les multiples sources de nos recherches, les différents objets artistiques qu’elles génèrent.

 

 

 

 

 

images

XYX (« identités imposées, identités mouvantes »)– film documentaire

Œuvre filmique, certes, mais aussi matériau de débat, objet de restitution publique, outil d’animation et d’action culturelle, à la fois trace et témoignage de la traversée de nos problématiques. XYX est le recueil mixte des interviewes d’inconnu·es et de connu·e·s, anonymes et moins anonymes de tous âges répondant aux questions sur le féminin et le masculin. Il montre les travaux caméra et de plateau recueillis pendant trois ans lors des mises en scènes de la Disputede Marivaux, pièce « ouvroir » qui nous a permis d’interroger les stéréotypes tenaces qui nous habitent et de lancer le débat récurrent sur l’inné et l’acquis – nature / culture, le déterminisme biologique et le genre.

 

 

 

VisuelGladiatrice (un métier d’avenir)– spectacle création 2018

projet de création théâtrale, restitution poétique et point d’orgue de l’ensemble de l’expérience traversée.
Gladiatrice (un métier d’avenir) met en scène un va-et-vient baroque de femmes et d’hommes aux prises avec leurs contradictions. Conflits ouverts ou alliances éphémères, dans l’espace public, dans la sphère privée et dans l’intimité ; affects et stratégies, perfection féminine et idéal masculin, les personnages de ce conte de l’absurdevivent un âge du Monde où l’utopie de l’égalité serait à l’oeuvre.
Mascarade humaine du sexe social, écriture au couteau et écriture de plateau, langue et corps, agis par des codes puis agissant sous le coup des émotions et de l’extraordinaire communs : voilà comment nous imaginons renverser le Monde, avec beaucoup de joie.

 

 

 


ladisputevideoLa Dispute 2015

Période de recherche et d’écritures pour le spectacle Gladiatrice : A partir de micro mises en scènes de la Dispute de Marivaux, ce sont deux ans d’immersion dans les prisons, les entreprises et les lycées ; un collectage d’impressions, de vérités toutes nues, de témoignages sur comment chacun et chacune vit au quotidien son sexe et celui de l’autre. Des dizaines de versions de la Dispute de Marivaux, travaillées sur scène et face caméra, par des dizaines de participants jouant le jeu, déjouant les pièges des stéréotypes.

 

 

_____________

C’est à partir de l’investigation et du recueil de paroles que s’écrit l’artistique; le spectacle est, en somme, le post-documentaire, ce qui nous reste à interroger quand les questions ont été posées.
Deux étapes de travail ont été présentées :
– Le chantier #1 a été créé le 26 septembre 2015 à l’ESAT la Bulle Bleue – Montpellier dans le cadre du Magdalena Project.
– Le chantier#2, Gladiatrice (un métier d’avenir) : l’idéal a été présenté le 27 février 2017 à Humain trop humain, CDN de Montpellier :

MG1_4211 MG1_4228

MG1_4294

MG1_4310

______________

 

AUTOUR DU PROJET COPERNIC

AUTEUR Ludovic Abgrall ; conceptrice et metteuse en scène Claire Engel

COLLABORATEUR·ICE·S ARTISTIQUES : Christophe Brombin, Axelle Carruzzo, Marie Clauzade, Camille Daloz, Charlotte Daquet, Emmanuelle Debeusscher, Stéfan Delon, Eric Guennou, Christophe Mazet, Laurent Rojol, Fanny Rudelle, Jean-Christophe Sirven.

ASSISTANAT :  Agnès Laboissette

COPRODUCTIONS : Ville d’Alenya, Théâtre Jacques Coeur – Lattes, Théâtre du Périscope.

PARTENARIATS: CIRCA – La Chartreuse, les Services pénitentiaires de l’Hérault et du Gard, l’Administration Pénitentiaire, le Fonds interministériel de prévention de la Délinquance de l’Hérault et du Gard, le Conseil Départemental du Gard, la DRAAF, l’EHPAD de la ville d’Alenya, le collège Via Domitia de Manduel-Redessan, le lycée hôtelier Georges Frêche de Montpellier, le lycée agricole Honoré de Balzac de Castelnau-le-Lez, Humain trop humain – CDN de Montpellier, leThéâtre Jean Vilar de Montpellier, La Casa Musicale à  Perpignan, La Bulle Bleue – ESAT artistique et Théâtre de la Remise – Magdalena Project.

REMERCIEMENTS : Laure Engel, Frédéric Ferrer.