Gladiatrice Variations (les coulisses d’un spectacle) / expo vivante

On 29 mai 2018 by admin

Une déambulation libre pour théâtre, espace culturel dédié, etc

Autour de Gladiatrice (un métier d’avenir), notre actuelle création, nous avons voulu puiser à la source-même de l’origine de ce spectacle. Si celui-ci parle du genre et de l’égalité femmes / hommes en les représentant tous deux sans fard et avec empathie, cette déambulation dans les couloirs et les loges du théâtre, ces endroits secrets et interdits au public, propose un voyage dans ce qui a motivé ce spectacle en premier lieu.

Gladiatrice Variations est une installation éphémère sur les femmes qui débattent, se battent ou se débattent. Pour échapper à leur condition prédéterminée. Victime, témoin, militante, artiste, femme de la rue, détenue, connue ou inconnue, elles sont hors des clous ; et pourtant nos mères nos filles nos soeurs, nos voisines, nos amies, nos supérieures hiérarchiques.

Gladiatrice Variations est aussi une présentation de notre travail depuis dix ans, une visite de répertoire de la compagnie Chagall sans M, dévoilant les multiples sources de nos recherches, les différents objets artistiques qu’elles génèrent.


———————–


Cinq espaces pour cinq thèmes chers au travail qui nous anime depuis 10 ans : vous y trouverez ou y retrouverez des traces des précédents projets de la compagnie Chagall sans M : Vivre ! (2007), et La femme qui marchait dans les portes(2010-2012)


>>MONOLOGUES de la création 2018
Troisième vague, Gladiatrice (un métier d’avenir)création 2018.
Par Fanny Rudelle ou Charlotte Daquet Р̩crits par Ludovic Abgrall.
Mise en scène Claire Engel
20 minutes.


OU
TRAVAIL THEATRAL AVEC AMAT.EUR.RICE.S
.
sur la Dispute de Marivaux, travail à prévoir en amont
La Dispute de Marivaux, variations sur les trois scènes de rencontres originelles
création in situ
30 minutes.


>> INSTALLATION VIDEO
Making up créée en 2010 pour le festival Hybrides à Montpellier
Oeuvre de Claire Engel, Eric Guennou, Laurent Rojol.
En boucle – 26 minutes.


>> UN CONCERT SEXISTE ET EPHEMERE (2018) :
Deuxième vague contre-révolutionnaire, Shtroumphette, Charlyie et Paillette
Création in situ.
Concert sexiste mixte : femme, homme, autre.
Avec Claire Engel, Laurent Rojol, Jean-Christophe Sirven.
Chansons de Gainsbourg, Piaf, Sardou, Clerc, Nougaro, Vartan, Tell, Cloclo, Kaas, Ottawan.
10-15 minutes de concert toutes les 40 minutes environ.


>> DEUX INSTALLATIONS PHOTOSONORES (2007-2018) :
Décrochage
installation photographique in situ, portraits de femmes de Marie Clauzade et recueil de paroles  :
témoignages d’hommes et de femmes (2015-2016) par Claire Engel, Fanny Rudelle et Laurent Rojol.
En continu – 28 minutes.
Photo Marie Clauzade


Première vague, Milena et Madeleine
installation in situ
Installation sonore et littéraire pour un projecteur de diapositives.
Sur des textes de Milena Jesenska.
Diapositives Marie Clauzade, Lecture Claire Engel, Son Eric Guennou.
En continu. 45 minutes.
Cliquer ici pour écouter la lecture


Nota Bene : seul l’espace du monologue ou de la Dispute sont à heure fixe.
Les temps de concert sont par tranches de 10-15 mns, toutes les 45 minutes environ

Une création lumières in situ pour l’habillage du lieu investi est à prévoir (deux jours en même temps que le montage).

——


« Je ne peux prétendre m’intéresser au sort des femmes ni envisager mon combat pour le droit des femmes, sans connaître l’histoire politique des femmes.
Depuis le début de l’ère démocratique en France, l’ histoire de leurs luttes pour l’émancipation peut s’écrire chronologiquement ainsi, en deux vagues : accéder au savoir, accéder à la citoyenneté (première vague), disposer librement de leur corps, accéder aux postes de pouvoir et de décision (deuxième vague).
Je cite à peu près Brigitte Grésy : L’ultime rempart historique qui résiste est le mépris qui lie le tout, pour donner à ces victoires leur efficacité et leur cohérence.
Ce mépris demeure largement intouché.

Une troisième vague féministe est à l’oeuvre, dont je fais partie.
Si les femmes ont lutté d’abord pour leurs droits, puis pour l’intégrité de leur corps, l’actuel mouvement s’attache à ignorer ce mépris, en célébrant avec humour la pleine intelligence et la pleine légitimité à être soi.»

Claire Engel